Les Chroniques D'Alaman

Règles pour une Campagne fleuve à l'échelle d'un secteur.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.

Aller en bas 
AuteurMessage
Conteur
Admin


Messages : 191
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.   Mar 23 Jan - 9:48

M42-A001-M01-J01

Les trois frères sortirent du Warp presque au même moment.

La réalité c’était déchirée devant eux comme la gueule béante d’un Léviathan affamée, puis elle c’était mise à vomir un essaim de vaisseaux dont les trois frères étaient les plus imposants. Le Tyran avait eue tout son temps pour construire une véritable armée, une vague de pestiférés dont la seule ambition était de le servir et, à travers lui, Père Agarès le Vertueux, Seigneur de la putrescence libératrice. Des hordes de Space marines renégats, des myriades de serviteurs décérébrés ou juste des fanatiques ayant définitivement perdu la raison en échange d’un appétit porcin pour le meurtre et la violence.
Des guerriers des anciennes légions, Thousand sons, World Eaters, Death Guard, avaient rejoints la bande pour transformer les pillards en une entité assoiffée de sang et de conquête, apte à dévorer n’importe quel monde assez fou pour se dresser devant cet ost.

Le tyran observait avec un sourire la sphère peinte de bleu gris, de vert foncé et de marron sable qui flottait dans le cadre des fenêtres en ogive de son vaisseau amiral. Egueup, dans le système Kéhet. Bastion à la frontière du sous-secteur Alaman.
Déjà, depuis la plate-forme ou il observait sa futur prise, le Tyran pouvait observer le balais incessant d’échange de tirs longue distance. Ses propres vaisseaux avaient entamé une série de tirs pour attendrir la viande pourrie qui attendait en bas. Les défenses planétaires répondaient avec un tir de barrage nourrie qui éclairait la surface d’Egueup avant de strier l’atmosphère de rayons mortels. Certains atteignaient leur but. Dans la salle de contrôle les rapports arrivaient par myriade pour annoncer les avaries, les dégâts et les pertes de chaque vaisseau de l’Ost du Vertueux. Les serviteurs décérébrés annoncaient chaque chiffre de la voix morne qui était la leur, bavant sur les câbles qui violaient leur bouche, ceux là même qui les reliaient à leur console pour le restant de leurs jours. Autour du Tyran, à même les murs et les panneaux qui les composaient, des tissus organiques pulsaient comme des furoncles malades, bénédiction de Nurgle aux frères ravageurs. Deimos ne semblait pas supporter les modifications qui avaient suinté du plastacier, mais il restait pourtant à bord, non loin de son ennemi et frère de bataille.
L’ancien Dark Angel avait attendue le meilleur moment pour lancer les thunderhawk à l’assaut de la surface. Les Drop pod avait giclés de leurs canons comme les milliers de gouttes de pu de boutons douloureux. Les machines de téléportations c’était mise en marche au moment même ou les premières fissures étaient apparues dans le système de défense d’egueup.

Dans les soutes, le Crew du Tyran sentit les moteurs du Thunderhawk démarrer. La navette allait les déposer dans une zone d’infiltration afin qu’ils puissent rejoindre l’un des plus gros bastions de défense d’Egueup. Il n’y avait pas de zone d’exfiltration, pas de plan de retraite, la victoire était la seule option. Il pourrait s’installer dans le système Kéhet très rapidement après cela. Le Thunderhawk se mit à trembler rapidement dès qu’il entama sa descente dans l’atmosphère, zigzaguant malgré les turbulences pour éviter les tirs de la DCA ennemie. Son chargement ignoble pouvait faire pencher la balance de toute cette Campagne à lui seul. Le ciel était couvert de nuages sombres qui s’entrelaçaient de façon étrange. Tout le climat agissait soumis aux forces étrangères qui violaient ses lois et son espace. Les nuages prenaient feux sous la myriade de tirs que s’échangeaient les forces opposés. Les Gaz s’enflammaient à force de chaleur et de pression. Le ciel était un brasier dont s’échappait, comme autant de rejetons de l’enfer, les obus, Drop pod et vaisseaux de largage qui déversaient leur contenue immonde dans le seul but de porter la guerre et le carnage aux défenseurs de la planète.

Au sol, les chevaliers de la Maison Bélliante tiraient avec leurs canon bitubes sur tout ce qui s’échappait de la tempête de feu qui grondait au dessus de leurs têtes. Les monstres d’acier abattait un Drop Pod, un Boat-drone fétide et parfois même un Thunderhawk quand leur tir s’accompagnait des canons Icarus de la DCA, mais pour chaque engin ennemi abattu, dix autres déchiraient la chape nuageuse en laissant dans leur sillage des colonnes de fumée et de feux qui s’abattaient sur la planète malmenée. Des milliers de Soldat et de blindés se déployaient pour répondre à la violence par une violence plus désespérée encore. Des Walkyries hurlaient au dessus de leurs têtes, passant en basse altitude en essayant d’abattre les engins de transport du Tyran avant qu’ils n’atteignent le sol.

Depuis la tour du palais Impérial, le gouverneur Chales ne pouvait détourner les yeux du spectacle terrifiant qui se déroulait sous ses yeux cernés de noir. La destruction de sa planète avait quelque chose de fascinant en soi. Le sol qui tremblait, l’air qui se remplissait de fumée, d’odeur de feu, de couleurs orange et flammes qui donnaient au tout un aspect irréel comme dans un rêve d’apocalypse. Il se détourna à grande peine de la fenêtre pour se tourner vers celle qui emplissait la vaste pièce de sa présence.

- Nous sommes perdu, dit-il sans sommation.

- Votre manque de foi sera rapporté dans les missives que j’enverrais à l’Adeptus Ministorum.

- Brave, en vérité, sont ceux qui savent tout et ne craignent rien, répliqua le gouverneur en citant le Lectio Divinitatus comme si sa constatation n’avait pas trahis, en réalité, la terreur qu’il tentait de cacher malgré l’horreur qui se dessinait dans son dos.

- La foi, efface toute couardise, rétorqua Sainte Hélène en reprenant pour elle un passage du livre pré-cité.

- Vous croyez que les Régiments d’Alaman en poste ici vont avoir une soudaine illumination venue de l’Empereur lui-même ? N’avez-vous pas vue la longue nuit qui c’est abattu sur nous ? N’avait vous pas sentit l’obscurité quand la faille c’est ouverte ? Croyez-vous que leur présence soit une simple coïncidence ? La fin de l’Impérium est sur nous en cet instant, je vous le dit !

La réponse vint d’un coup de tonnerre qui fit trembler la terre. Des morceaux de Férrobéton se détachèrent du plafond accompagnés de filets de poussières, comme si le palais lui-même voulait donner raison au Gouverneur.

- N’avez-vous pas entendu le retour du Primarch ressuscité dans les louanges que chantent tous les chœurs de l’Impérium ? N’avez-vous pas vue la lumière de l’Astronomican se remettre à luire dans les ténèbres ? N’avez-vous pas confiance en l’Empereur Dieu et en la force de l’Impérium de l’humanité ?

- Je ne sais pas encore si nous sommes du côté Domitus ou Nihilus Maîtresse, répondit le gouverneur en se tournant de nouveau vers la fenêtre, happé par le balai dansant des flammes de la guerre et de la mort qui s’abattait sur Egueup.

- Nous sommes ici, et maintenant. Cela devrait suffire à retrouver la Foi et chasser le doute. Et tandis que nous tenons nos positions ici et que nous nous battons pour le règne de la vie et de la lumière voici que l’Empereur envoie ses anges de la guerre et de la mort sur nos ennemies. Et ainsi ils apportent avec eux le plus grand Don de l’Empereur à ses enfants serviteurs.

- De quoi parlez-vous ? S’offusqua Chales.

- De la Haine Gouverneur. Le véritable héros possède une Foi aveugle, et voici que sa juste rédemption vient illuminer nos champs de batailles.

- Les Guardians of the Covenant, s’étonna Chales en levant les yeux. Sous son regard éberlué le plafond nuageux s’ouvrait sur la coque gigantesque d’un vaisseau de transport qui portait sur son flanc les épées croisées du Chapitre des Impardonnés. « Ô nom de l’Empereur bénie… »
Il ne termina jamais sa phrase. Ses pupilles s’illuminèrent de l’intérieur comme embrasé d’un feu spirituel. Le gouverneur s’écroula alors sur le sol de son palais tandis que devant lui la bouche du vaisseau s’ouvrait pour laisser échapper des renforts Space-Marines vers les fronts ou les combats étaient les plus rudes.

-La raison engendre le doute ; le doute engendre l’Hérésie Gouverneur, énonça Sainte Hélène en tournant les talons sans un regard pour le cadavre de l’homme qui gisait dans les volutes de fumée de sa propre consumation.

Malphas ouvrit les gaz de sa moto alors même que le thunderhawk baissait la rampe de largage de son nez en enclume. Ils allaient être infiltré depuis le ciel. Le Chapelain tourna son casque au sourire grimaçant d’un crâne vers les motards de la seconde compagnie « Serres ».

- Notre Vigilance doit-être alerte, notre jugement expéditif, nos actes… IMPITOYABLES.

Dehors les tirs de canons striaient l’air ambiant d’une juste fureur et au sol l’ennemi s’étendaient en myriade sur des kilomètres et des kilomètres, montant à l’assaut d’une forteresse comme une vague enragé et intraitable.

Scènario : Assaut Orbital

Armée : Forces du Chaos attaquant 250 pts de puissance
Armée : Force de l’Impérium défenseur 200 pts de puissance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Conteur
Admin


Messages : 191
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.   Mar 23 Jan - 9:48

42M-001A-01M-01J

Les Auspex du système Kéhet ont repéré l'Armada du Tyran qui approche d'Egueup. Toutes les tourelles de défense orbital on levés leurs canons vers le ciel, prête à cracher la mort à la première ouverture de coordonnées de tir viable.

A fort Ekal les forces de l'Imperium se préparent à l'assaut orbital. L'avant garde menée par le Commandant Mika Kanova serre les dents en observant le ciel, les pieds solidement ancrés sur les chemins de ronde alors que la terre tremble sous les premiers feux de l'artillerie orbital.

Le Commissaire Violente vérifie une dernière fois l'équipement des troupes tout en récitant un discours sur le courage, l'abnégation et les valeurs qui feront de l'anonyme un héro aux yeux de l'Empereur. Parfois il lance un regard vers un coin du stratégium ou le silence règne comme si la mort plannait à cet endroit, un linceul de ténébre posé là.

Dans les catacombes, le bataillon "Juste Riposte" écoute les conseils de Maître Jaadiel et de frère Benael.
Certains sont en prière devant l'icône de l'Empereur vivant. D'autres s'occupent d'oindre et de bénir leurs armes tout en applicant leurs parchemins de bénédiction, jurant d'accomplir leur mission ou de mourir en essayant.

Le ciel se couvrent de flammes et de nuages sombres qui s'enroulent en cyclones. Des stries de feu dessinnent des lignes de sombres présages sur l'horizon alors que Drop Pod et autres engins d'assauts percent la stratosphère. La guerre est aux portes de l'Impérium, Alaman est l'Ultime rempart entre Agarès Khaa et le Trône.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Conteur
Admin


Messages : 191
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.   Mar 23 Jan - 9:49

Les flammes et la fumée avait envahies le ciel et la terre. Le Tyran marchait pour rejoindre la partie la plus avancée de la plate forme d’observation de fort Ekal. Son armure énergétique d’un noir d’obsidienne chuintait sous la pression des vérins hydrauliques. Chacun de ses pas soulevait un panache de poussière que sa cape de cuir balayait à sa suite. Ses griffes éclairs crépitaient d’une lumière bleutée incontrôlable. Sa suite l’accompagnait en silence. Juste à sa droite Hemonculus, son esclave scribe marchait en essayant de suivre le rythme, les yeux plantés sur une tablette holographique directement reliée à son crâne par un lourd câble gris sombre. Ses robes lie de vin trainaient à terre, se souillant d’un pâle voile de poussière de férrobéton. Aussi grand que lui, dans son armure noire, Deimos s’arrêttait ça et là pour jeter un œil expert sur les terrains alentour ou des myriades d’esclaves trimaient pour rebâtir la forteresse que le Tyran et ses troupes avaient mis à bas. Son gantelet posé sur le pommeau de son épée Calibanite se serrait chaque fois qu’il redressait la tête vers le maître de la croisade. A quelques pas derrière Sulpiss marchait d’un pas lourd, son casque accroché à sa ceinture. Son épée énergétique avait été remplacée par une hache tronçonneuse et le noir des anciennes armures de la première légion était devenu d’un rouge sang, symbole de son allégeance à la voie pourpre. Il grognait d’impatience de reprendre la campagne et son impulsivité s’était changée en une folie qui le poussait parfois à massacrer ses propres esclaves dans les cales du second frère. Enfin, en dernier, suivait Anarck. Le sorcier portait l’armure ivoire de la Deathguard, bien que celle-ci est prise des teintes de rouille et pourrisse à même son porteur. Malgré les gonflements et les déformations il marchait avec un certaine prestence, et bien qu’il fût plus à l’aise sur sa moto, au sein du Crew, il avait le port altier d’un meneur d’hommes. Sa faux se balançait au rythme de ses pas.

- Les rapports indiquent que notre assaut est un succès, mon maître.

Le Tyran sourit et récompensa cette bonne nouvelle d'une main sur le crâne chauve de son esclave. Bien que celui-ci frémit à se contact il n’en montra rien et poursuivis son rapport de la même voix léthargique.

- Trente pour cent de la planète est sous notre contrôle direct. Partout et sur chaque continent nos compagnies indiquent qu’ils moissonnent les esclaves et récupèrent le matériel viable. Non seulement cette planète est sous notre contrôle mais nous renforçons nos forces. Notre puissance ne fait que croître.

- La guerre n’est pas terminée ! Gronda Deimos, tout de suite approuvé par Sulspiss.

Sans se formaliser Hemonculus termina de lire le rapport qu’il avait sous les yeux.

- La meilleure nouvelle que je puisse vous faire parvenir, mon maître, est celle-ci: Il semble que les forces de l’Impérium soit en déroute. Ils ne contrôlent plus rien. La population s’enfuit des villes, des émeutes éclatent un peu partout, les Régiments de l’Astra Militarum tentent de maintenir un ordre qui n’existe plus, quant aux Gardiens de l’Alliance ou au Sœur de bataille ils rassemblent leurs forces comme ils peuvent.

- C’est une opportunité de les écraser une bonne fois pour toute ! Gronda Sulpiss en faisant rugir sa hache comme pour appuyer sa détermination. Nous devrions avancer sur les positions que nous tenons et purifier nos terres, nous gagnerions ainsi une avancée significative vers d’autres positions tout en délimitant nos frontières de façon tranchante !

- Oui, et c’est aussi la façon la plus évidente de reprendre de farouches combats au plus vite, mon fidèle conseillé.

Le mot « fidèle », dans la bouche du Tyran, fit tiquer Deimos. Il se félicita d’avoir gardé son casque et sa capuche rabattu quand le Tyran se tourna vers lui comme pour observer sa réaction. Deimos se détourna pourtant. Il observait des colonnes de fumée noire qui s’élevaient à l’Est, signe que les combats n’étaient pas terminée malgré les six semaines de batailles qui leurs avaient permis de prendre pied sur Egueup.

- Nous avons subit des pertes, certains de nos chevaliers ont besoin de réparations, même si notre victoire à été plus rapide que prévus nous devons assurer nos positions. Il faut agir vite, mais sans précipitation. La voix d’Anarck était rocailleuse et à chaque syllabe un panache de brume s’échappait de la grille vox de son masque. Il c’était avancé au devant du Tyran, effaçant par la même les deux autres conseillés.

- Nous devons préparer notre prochain assaut avec soin ! Ainsi profitons du chaos général pour envoyer des troupes de reconnaissances et récupérer des informations. Il trancha l’air sur sa gauche de sa faux pour indiquer divers points autour d’Ekal.

- Nos informations sont trop pauvres sur la situation exacte des forces de l’Impérium. J’ai vue Sainte Hélène tomber, mais gageons que nous la reverrons plus vite que nous le croyons. Ne laissons pas ces chiens se réassembler pour contre attaquer ! Trouvons leurs positions.

- Il nous faudra des semaines pour cela ! Hurla Silspuss en attrapant l’épaulière du sorcier pour le faire reculer. Les deux guerriers se firent face un instant comme s’ils allaient s’empoigner. Le Tyran s’amusait de la compétition entre les deux capitaines et souriait sans réagir. Se fût Deimos qui apaisa la tension en posant une main sur la spalière d’Anarck pour attirer son attention.

- Nul besoin de perdre du temps, et nul besoin de nous précipiter ! L’Impérium est désorganisé, nous gâcherions du temps, comme le pense Sulspiss, à essayer de deviner leurs plans. Mais lancer nos forces pour écraser les restes n’ai pas plus judicieux, nous devons nous remettre de nos propres blessures, comme le suggère Anarck.

- Alors, quel est ton idée Deimos le déchu ?

Deimos ne répondit pas de suite. Il serrait les dents et défiait du regard son pseudo maître. Pendant quelques secondes il s’imagina lui tendre un piège, mais après une courte réflexion il savait que ce n’était pas le moment. Le tuer serait une jouissance sans précédent, mais perdre cette guerre mettrait à bas tous ses projets.

- Installons nos forces pour la suite. Profitons de la débandade pour créer des têtes de ponts sur toute la planète. Nous installerons notre artillerie et nos blindés afin de pouvoir tenir les fronts et couvrir nos prochaines conquêtes.

Le Tyran leva les yeux vers le ciel quand un escadron de Helldrake fit son passage au dessus de leurs têtes. Il devait prendre une décision rapidement afin d’organiser la suite de cette conquête.

1/ Consolider ses positions en exterminant toutes menace interne.
2/ Envoyer des forces de reconnaissances afin d’anticiper les mouvements ennemis
3/ Etablir des têtes de ponts d’artillerie afin de soutenir les prochains assauts de ses forces.

Quel va être le choix du Tyran ? Quel va être TON choix Père Aguarès Khaa, le Vertueux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Conteur
Admin


Messages : 191
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.   Mar 23 Jan - 9:50

- En avant mes frères, pour l’Empereur et pour le Lion !

Secalphus n’avait pas imaginé que l’ennemi puisse vouloir défendre ses bases. Avec les autres membres du conseil du détachement, Enduriel et Hektorius ils avaient planifié une action d’avant-garde pour ouvrir une voie dans les défenses du Tyran. Sur toute la planète des détachements de frères des Guardians of the covenant avait entrepris une action similaire dans les territoires qu’avaient conquis les renégats. Ainsi, lorsque les Régiments de l’Astra Militarum et les détachements isolés se seraient regroupés ils pourraient lancer un assaut d’envergure. Personne n’avait remis son jugement en cause, pourtant il s’en voulait d’avoir sous-estimé l’adversaire. Il ferait pénitence, le temps qu’il faudrait une fois la guerre gagnée. Mais dans le malheur le destin avait fait en sorte qu’il soit récompensé de son impétuosité.

- Hektorius, mon frère, que les auspex balayent la plaine, j’ai l’impression que nous avons une de nos cibles en vue.

La voix du frère de bataille en armure terminator grésillait, parasité par la distance qui séparait le vétéran de la première légion de l’intérrogator chapelain sur sa moto.

- Nous l’avons déjà repéré Secalphus. C’est Silspuss ! Par les couilles de Leman Russ, cet enfoiré ne manque pas de culot. Engagez le avec les Rapace’s Fury, nous rentrons les données dans le téléporteur et nous arrivons !

- Bien reçus mon frère. Nous allons nous concentrer sur la cible.

- Bonne chasse Intérrogator.

- Ne tardez pas mes frères, la deuxième compagnie ne voudrait pas vous rafler tous les honneurs, ajouta Uraniel, un sourire dans la voix.

La voix qui répondit avait un ton métallique propre aux Marines depuis longtemps enfermé dans un sarcophage Dreadnoughts.

- Concentrez-vous mes frères, nos Auspex désignent une meute de Sanguinaire en approche, de nombreux démons, mais surtout un vieil ami des Régiments de l’Astra Militarum…

- Un Defiler surnommé « L’indestructible », compléta Jadmérius, le second Dreadnought. Nous allons vérifier s’il porte bien son nom.

Depuis leur position en orbite Hektorius observait la plaine ou lui et ses hommes allaient être infiltrés, en pleine bataille. En zoomant suffisamment il put voir les escouades de motards du Chaos et ceux de la Compagnie "Serres" enfoncer les lignes l’une de l’autre au centre du champ de bataille. Dans la poussière que soulevaient les montures mécaniques il était difficile de discerner quoi que ce soit. Les tirs de bolters jumelés éclairaient à grande peine le carnage des combats ou les motos se croisaient à toute vitesse dans le fracas d’épées tronçonneuses taillant la céramite des armures. Sur les radios on pouvait entendre les Rapace’s fury réciter les prières à l’Empereur des Black Templar auxquels ils ajoutaient des litanies de Caliban. Chaque coup d’épée était souligné par un verset du Codex Astartes tandis que les suivants des puissances de la ruine hurlaient leur rage.

Sur le flanc gauche les deux Dreadnoughts ouvrirent le feu sur un broyeur d’âme qui escaladait les ruines d’un château aux allures médiévales, ancienne demeure d’une ferme hydroponique réduite à un cimetière de métal après les bombardements des forces aérospatial du Tyran. L’immense machine démon qui se hissait sur le pan d’un mur grâce à ses pattes arachnoïdes faisait s’ébouler des pierres dans son ascension, mais sans peine il atteignait le sommet. Les tirs de canons lasers jumelés loupèrent l’imposante machine, ne lui infligeant que quelques blessures sans gravité, mais ces tirs dévastateurs attirèrent l’attention de l’indestructible.

- Tenez la position, hurlait Uraniel en zigzaguant au milieu des fanatiques de Khorne, son étendard flottait au vent, Il nous faut Sulspiss ! Il ouvrit le feu sur un motard du chaos et releva l’étendard bien haut quand celui-ci chutât de sa moto.

Sulspiss ne pouvait se sortir la menace du Tyran de la tête. S’il échouait celui-ci aurait sa peau. Un crâne pour le trône de Khorne, mais, non, pas comme ça. Il avait l’opportunité de renforcé son influence au sein de la Croisade. S’en serait finis des ordres du Tyran, et même Deimos devrait bien finir par plier genoux. Devant lui les motards de son escadron était en train de se faire massacrer par les Guardians. Il leva les yeux vers un chemin de ronde. S’il pouvait poser une balise là-haut il gagnerait un avantage majeur sur cette bataille. Oubliant ses frères se faisant massacrer il tourna la manette des gaz et fit bondir son destrier dans la direction du château en ruine que Khelemadriaas, le broyeur d’âme, venait de passer. Qu’ils pourrissent dans le Warp, ces faibles ! Il évita un coup d’épée tronçonneuse et se précipita sur l’objectif.

- Nous allons vaincre ! Il faut laisser du temps à nos frères pour atteindre le déchu, indiqua Kadmiel en avançant vers les Bloodlethers qui avançaient vers le centre du champ de bataille. Kadmiel trainait la patte suite à une riposte du Defiler qui avait fait feu de toutes ses armes sur le Dreadnought.

- Mon frère, non ! Ils sont trop nombreux. Kadmiel, c’est du suicide !

Jadmerius fit avancer son corps de plusieurs tonnes pour soutenir son frère d’arme, mais en face de lui se dressait « l’indestructible ». Plus haut que lui de plusieurs mètres la machine possédée semblait pouvoir l’écraser d’un simple coup de ses pattes arachnoïdes. Jadmiel leva son corps pour faire face à son immense adversaire. En arrière-plan il pouvait discerner Kadmiel lutter contre la marée rouge sang des Sanguinaires pour tenter de gagner quelques minutes afin que la seconde Compagnie puisse attraper le déchu. Un coup puissant, ouvrant sa carapace dans une longue cicatrice qui faillit le mettre à terre, ramena son attention sur le Defiler.

- Monstre immonde, j’ai combattus plus coriace que toi avant de finir dans ce corps. Jadmiel activa son gantelet qui se mit à crépiter d’une énergie mal contenue. Il enfonça son poing dans l’abdomen de la créature démoniaque qui poussa un cri de douleur ou se mêlaient divers voix immondes. Jadmiel retira son poing en arrachant par le même coup de nombreuses viscères métalliques ou se mêlaient des huiles noires et poisseuse et du sang coagulé.

Sur le flanc droit les Sanguinaires avaient finalement fait tomber le Dreadnought et atteint les motards de la Compagnie Serre. Comme une marée de lave en furie il taillait dans les lignes en beuglant leur soif de carnage. Leurs coups d’épées tuaient et blessaient sans que la moindre fatigue ne se fasse sentir de la part de ces esprits de colère. Belamis avait mis pied à terre et tentait de soigner les blessures de Secalphus mordu par les lames impies en de nombreux endroits.

- Il faut tenir, pour le Lion, il faut tenir ! Rageait l’intérrogator chapelain tandis que l’apothicaire lui injectait de puissants stimulants et des drogues de combats pour le remettre sur pied. Secalphus levait les yeux vers le chemin de ronde ou se dressait Sulspiss. Les bras levés vers le ciel il invoquait des puissances impies. Au-dessus de lui le ciel se couvraient d’épais nuages noirs au sein desquels des lumières empyréennes faisaient battre les cumulus noirs d’une vie écœurante. Comme en réponse à ces incantations le ciel s’enflamma de traînées de feu. Atterrissant derrières les lignes des impardonnés des escouades de Warp Talons et de Rapaces se mirent en formation pour semer la mort parmi les Guardians of the covenant.

- Par l’Empereur, Sulspiss, cette fois tu ne nous échapperas pas ! Clama Hektorius en levant son marteau tonnerre au-dessus de la tête de sa cible. Autour de lui les lumières éblouissantes de la téléportation se dissipaient comme la fumée d’un feu divin. Enduriel et Uraniel le rejoignait au même moment. Sulspiss avait relevé sa hache pour contrer le coup. Seul contre les trois space marine il vendit chèrement sa peau, combattant en y mettant toute sa force et sa rage, passant outre la douleur infligé par les éclairs du psyker, les coups de marteau tonnerre du Vétéran de la première compagnie. Pourtant Uraniel finit par lui porter un coup qui le mit à terre et les trois Gardiens s’acharnèrent sur le déchu.

***

Palais du gouverneur.
Maintenant.

- Monseigneur, vous m’avez convoqué, ronfla l’Hérétek en posant un genou à terre face au Tyran. Celui-ci n’avait même pas baissé les yeux sur son serviteur. Il observait sur l’holocarte les points rouges et verts qui clignotaient pour lui indiquer les positions de ses troupes ou de celles de l’ennemie.

- C’était une erreur ! Estima le Tyran en fermant son poing sur l’accoudoir du trône du gouverneur. L’Hérétek releva les yeux vers la carte, dans son dos.

- Nous avons gagné encore dix pour cent de la planète grâce à vos décisions éclairés, Monseigneur.

- Et nous avons laissé l’Impérium reprendre le contrôle de dix pour cent d’Egueup. Tout ça en six semaines. Dans le même temps, lors de MON assaut j’en avais pris un tiers et complètement désorganisé les défenses Impériales.

- Vous ne pouviez pas prévoir…

- La ferme ! hurla le Tyran en se levant, faisant reculer son serviteur qui manqua de perdre l’équilibre. Je ne t’ai pas fait venir pour écouter tes inepties. Les résultats de Sulspiss ne sont pas à la hauteur de ses promesses. Je veux que tu coupes toutes les communications de la planète, maintenant.

- Mais, maître, nos troupes en missions vont se retrouver isolées.

- Et celles de l’Impérium aussi. Les nôtres sont rassemblés mais les leurs continue de se réorganiser. Nous ralentirons ainsi leurs progressions, ainsi le sacrifice de mon lieutenant ne sera pas vain, après cela nous pourrons reprendre la main et changer de stratégie.

- Bien, Seigneur… Je vais faire selon vos désirs.

Le Tyran releva les yeux vers un point rouge non loin de sa position. Sulspiss était là et combattait certainement pour sa vie. Pour autant sa mission n’était pas le succès attendu. Si certaines zones d’Egueup passaient en vert, autant redevenez rouge, aux mains de l’Impérium. Il fallait profiter et se servir de cette demi-victoire pour prélever des pions à Deimos et porter un coup fatal à l’Impérium. Puisque le conflit s’enlisait, alors, il fallait reprendre la main et profiter de l’opportunité.

Mission : Contact perdu.

Déploiement : Attaque frontale.

Puissance 100 pts.

Chaos : 40%
Impérium : 10%

Note : Célestine ne peut pas jouer sur cette mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Conteur
Admin


Messages : 191
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.   Mar 23 Jan - 9:50

- Monseigneur, Nous avons perdu les communications avec l’ensemble des compagnies et des régiments déployés sur Egueup. Nos rapports indiquent que les transmissions vox à longues portés ne sont plus relayés par les…

- La ferme ! Répond sèchement le Kommandeur Heinrich Volmann en levant une main autoritaire. Il n’a pas quitté ses jumelles avec lesquels il observe le champ de batailles dans les plaines d’Ekal. Il repose sa main ganté sur la tête de sa hache énergétique, gainée à sa ceinture et tourne la tête. En bas, dans la plaine, les Guardians of the covenant continuent le combat qu’ils ont commencé depuis des heures, presque une journée entière. La bataille s’enlise. Les échangent de tirq se font de plus en plus meurtrier et les positions ne cèdent que pour revenir plus forte encore. Les terminators de la Compagnie Agonie passent d’une position à l’autre, maintenant en sous nombres pour tenir suffisamment de positions, alors que les cultistes et les esclaves des légions déchus arrivent toujours plus nombreux.
Les motards de la seconde Compagnie Serre tournent autour du champs de bataille échangeant des coups mortels à chaque rencontrent avec les affiliés du Tyran.

Le Kommandeur baisse les jumelles et observe la carte stratégique. Il marque six points d’un geste souple avant de se tourner vers les trois géants qui attendent de l’autre côté de la table dressé pour supporter le matériel logistique.

- Seigneur Malphas, j’ai noté l’emplacement de six relais dans les plaines d’Ekal. Ils pourraient nous permettre de rentrer en contact avec les vaisseaux en orbites afin de coordonner les troupes au sol sur des objectifs spécifiques. Si nous pouvions prendre la position nous serions en état de lancer des messages afin de consolider ce front ainsi que tous ceux à travers Egueup et enfin regrouper nos forces sur ces points.

Le Kommandeur de la 12éme Compagnie du 162éme Régiment d’Artillerie lève son visage émacié vers le masque en forme de crâne du Chapelain Intérrogateur , Suprême Gardien de la foi du Chapitre. Il attend sa réponse. Beaucoup d’humain, face à de simple space marines n’auraient jamais osé croiser leur regard, mais Volmann le soutien sans broncher. Les capteurs de Malphas lui permettent de déceler, dans les battements de cœur du Kommandeur, l’angoisse que sa seule présence provoque chez l’officier, mais rien, en dehors de ça, ne trahis cet état et le Chapelain éprouve une forme de respect pour le Commandant.

- Je dois pouvoir communiquer notre arrivée et un plan de déploiement à mes frères grâce aux Vox internes. Mais de quels forces disposez vous, Kommandeur, pour nous permettre de mener un assaut qui ne s’enlise pas de nouveau en une guerre de tranchée éprouvante ? Demande le Chapelain dont la voix rocailleuse et rendue encore plus agressive par l’accent métallique de son casque mortuaire.

- Nous avons réussis à récupérer quelques hommes du neuvième Régiment quand nous avons traversé la cité de Nolout. Ma Compagnie est éparpillée sur Egueup et beaucoup de mes effectifs ont été perdus, ou ont été dispersés par le bombardement préliminaire des forces hérétiques, Monseigneur. Mais il me reste quelques surprises qui devraient pousser ces renégats à sortir de leurs trous. Expliqua le Kommandeur en se tournant vers la crête et en pointant du doigt la silhouette de machines de guerre en position défensive.

- Vous pouvez compter sur le soutien du 162éme, Seigneur Malphas, poursuivi-t-il en défiant de nouveau le regard de mort du Chapelain et des deux Space-Marines géants qui le flanquaient.

- Vous en serait récompensé, signifia Malphas en se tournant vers les immenses machines qui attendaient patiemment en haut de la crête. Déployez votre force, à cet endroit à M+15. Dit-il en entourant une zone de son index ganté de métal. Préparez-vous à donner votre vie pour l’Empereur, le courage est la foi et la foi préserve de la mort, Heinrich. Si nous pouvons établir une communication sommaire et prendre les plaines, bientôt Fort Ekal verra, à nouveau, ses tours surmontées par les étendards de l’Impérium. Votre nom sera cité dans les annals d’Egueup.

- Je n’en demande pas tant, Seigneur Malphas. Servir Alaman et mon Empereur est un devoir et une récompense en soi.

Malphas ne répondit pas. Il se tournait vers le champ de bataille en contre-bas. La communication se fit en privé sur les vox tactiques des armures space-Marines.

- Hektorius, préparez-vous à recevoir du renfort, tenez encore un peu, frère. Je vous envois la stratégie à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Conteur
Admin


Messages : 191
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.   Mar 23 Jan - 9:51

Hektorius pose la tête de son marteau contre le sol. Devant lui le cadavre du Soulgrinder est agité de spasmes post-mortem. Des étincelles gicles de son flanc, là ou la mécanique et la chair se rejoignent pour donner corps à cette abomination née du Warp. Le vétéran se tourne pour observer le champ de bataille. Son bouclier lui pèse lourd d’un coup. Tout autour de lui n’est plus que destruction. Les arbres qui ne sont pas calciné sont, au mieux, décapité, éventrés ou complètement arrachés de terre. Hektorius déambule, plus qu’il n’avance, observant le spectacle des morts, humains éventrés, véhicules défoncés, des frères qui agonisent. La fumée enveloppe tout d’une chape de gris très lourd et masque les odeurs des landes et de la plaine par celle des carburants brulés, de la tôle surchauffé et de la terre agonisante. Il évite un trou d’obus en réalisant que ce n’est pas un mortier qui à creuser cette fosse ou repose un soldat d’Alaman dans une flaque de boue, de sang, et de tripes mais le pas d’un Chevalier corrompu. Les antiques machines de la Maison Bélliante que le Tyran à ramené à sa cause. Il rejoint finalement Bélamis, l’apothicaire de la seconde Compagnie, Serre.

- Comment va-t-il mon frère ?

- Si nous n’arrivons pas à l’extraire rapidement il est fort probable que Secalphus prenne bientôt sa place. Répond le space-marine sans relever la tête. Il est en catatonie. Il devrait s’en sortir mais il aura besoin de soins à bord d’un de nos vaisseaux, ajoute-t-il finalement en croisant le regard du Terminator sans se relever. Ses mains son jointe au dessus du corps de Malphas.

- Le Believer est en orbite, au dessus de nos tête mon frères. Nous devons patienter encore un peu. Garde-le en vie Belamis. Uriel t’en sera reconnaissant.

- Uriel, répète Belamis avec un ton dans la voix qui trahit sa lassitude. Si le maître du Chapitre ne change pas de stratégie très vite il pourra m’être reconnaissant pour le moindre frère dont j’aurais simplement préserver les glandes progénoïde.

Hektorius ne répond rien. Il lève la tête vers la coline ou reste les épaves de tentes des généraux de l’astra militarum. Il se demande si Heinrich Volmann à survécut à la bataille. Là-haut les toiles flottes au vent comme les oripeaux de quelques fantômes décimés bien avant l’âge de la réconciliation. « Et sur vos têtes je poserais le fardeau de la préservation, car par la main qui fait la guerre je protége le faible et l’impuissant », se récite le vétéran de la Compagnie Agonie. Il décide de monter vérifier par lui-même si l’humain à pu survivre jusque là.

Arrivé en haut de la colline il dépose son marteau qui tombe lourdement au sol et son bouclier qu’il fait reposer contre la carrosserie déchirée d’une basilisk défoncée.
Il est vivant, se réjouit Hektorius en entendant la voix du Kommandeur passer à travers la toile. Il entre pour découvrir Volmann et son conseil devant des cartes holo des différents champs de bataille qui éclatent ou s’éteignent sur Eguep.

- Nous avons encore perdu dix pour cent de la planète messieurs. C’est inadmissible ! Les forces du Tyran contrôlent la moitié d’Egueup. Est-ce que vous comprenez ce que cela signifie ?

- Cela signifie qu’il aura bientôt le contrôle du système Kéhet et qu’il aura une porte ouverte sur tous le secteur Alaman. Répond Hektorius avant que le Kommandeur puisse poursuivre.

- Monseigneur, salut humblement le Kommandeur. Un bandage sale lui entoure la tête et recouvre son œil droit. Son bras gauche est maintenu en écharpe et la blessure n’a visiblement pas finit de saigner.

- Poursuivez, je vous en pris, quels sont vos plans Kommandeur.

- Nous avons réussis à prendre contact avec des compagnies proches. La 521éme du 9éme Régiment, la 65éme du 81éme et la 31éme du 101éme. Nous rassemblons nos forces non loin de Nolout. Je pense qu’en observant les unités recensés votre moral pourrait remonter au beau fixe Monseigneur.

- Mon moral n’est jamais à bas, Kommandeur, tout comme ma foi en l’Empereur, en Guilliman ou en le Lion. Nous sommes les Guardians of the Covenant, les porteurs de la parole. Si les Words Bearer avaient eue un avenir, que ces chiens soient mille foisd maudit, ils nous auraient enviés notre piété.

- Je n’en doute pas Monseigneur. Votre frère de la Compagnie Serre, Uraniel, nous à transmis un message venant directement du Believer. Encore une fois je crois que l’Empereur veille sur nous. La guerre n’est pas perdu.

- Votre persévérance et votre courage sont des vertus qui honore votre Kolonel, Cristobal Deritus. Je vous garantie qu’avant la fin de la guerre il entendra votre nom et l’histoire qui lui sera compté sera auréolé de gloire.

- C’est un grand honneur que vous me faite Seigneur, répond Volmann avec une humilité non feinte et une colère contenue. Mais nous verrons cela quand la guerre sera gagnée.

Hektorius ne répondit rien. Il finit en écoutant les plans et les hypotèses proposés par les membres de l’Astra Militarum. Il n’en pensait pas moins. Les Guardians avaient gagné une partie de leur guerre à eux. Sulspiss était entre leurs mains. Quand Malphas serait rapatrié sur le Believer, Sulpiss le serait sur le Pénitent of Caliban. Un déchus capturé par les Guardians, un pénitent que Malphas finirait par faire parler et qui offrirait au Chapitre des informations pour capturer Deimos. Il y aurait, alors, dans ses aveux, des informations qui pourront faire tomber le Tyran.

**********************************************************

- Je refuse de vous écouter ! Hurle le Tyran en rejoignant la grande terrasse ou l’attend une haie d’honneur constituée de Marines bénis par Nurgle. Au bout son sorcier l’attend pour recevoir ses honneurs.

- Ecoute-moi, une fois mon frère ! C’est une folie que tu commets. Quand la victoire est à toi tu risque de la laissé échapper par orgueil.

Le Tyran se retourne d’un geste vif et agressif. Il toise Deimos, engoncé dans son armure Terminator il le surplombe d’une tête. Sa colère est palpable, ses lèvres sont retroussés sur ses dents comme les babines d’un chien en train de grogner, son regard est enflammé.

- Je ne suis en rien ton frère. Tu es un traître des Dark Angel et toi, tu n’a aucune idée de la légion à laquelle j’ai appartenue. La victoire est là, à porté de ma main. Le Tyran hurle à nouveau en tendant la main comme s’il pouvait écraser Egueup dans sa paume. Sauver Sulspiss ne fera que te rendre l’un de tes pions qui, soit dit en passant était en train de t’échapper sur la voie écarlate. Tu t’égare si tu me crois si stupide ! Je vais demander à mon Lieutenant d’écraser ce qui reste une bonne fois pour toute, tu m’entends ?

- Ton lieutenant est un pantin qu’anime Agarès à son grès. Il décidera pour toi, soit de te faire plaisir, soit de te défier. Deimos, tête nue, affiche son mépris amusé, la rage qu’il anime chez le Tyran lui apporte un certain plaisir.

- JE. CONTRÔLE ! Affirme le maître de guerre en refermant le poing, détachant chaque mot pour leur donner assez de puissance et de conviction.

- Soit, alors rejoins ton lieutenant et voyons, quel mission il choisira.

- Sans aucun doute celle que je lui imposerais, affirme de nouveau le Tyran en reprenant sa marche.

Père Agarès va-t-il influencer le Sorcier pour une mission de sauvetage afin de secourir Sulspiss des mains des gardiens, ou bien va-t-il le laisser suivre la voie dessinée par le Tyran et s’engager dans une bataille facile contre les forces amoindries qui se sont repliés à l’orée des landes ?

Situation actuelle:
*Chaos 50% de la planète
*Impérium 10% de la planète
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Conteur
Admin


Messages : 191
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.   Mar 23 Jan - 9:53

- Et là le Kolonel lui lance une bordée d’insultes à faire rougir les oreilles de l’Empereur ! Même Kawl36 n'a pas cracher une de ses remontrances en binaire.

- Incroyable, répond Pakal en serrant un écrou à l’aide d’une clef à piston hydraulique. Il tire sur son cigalhos et en fait tomber la cendre avant de relever ses lunettes sur son front. Son visage est déjà couvert de traces de cambouis. Lorsqu’il s’essuie le front d’un revers de main il y ajoute une trace noire. En face Makael, le pilote, sourit en levant une tasse de café cabossée fumante à ses lèvres.

- Franchement, je pense qu’il avait raison. Même si c’était couillus de la part du Comte Esban, le 81éme à quand même perdu un Banesword.

Pakal reste silencieux. Il remet ses lunettes en place après avoir tiré une nouvelle bouffée sur son cigalhos. Makael met un certain temps à comprendre, et quand il le fait son visage se ferme.

- Putain, mec, j’suis désolé. Je sais que Dolph était ton pote…

- Laisse tombé Mak, passe-moi la lance à souder.

Une toile de tente était tirée depuis la carlingue du Fury. Rattachée aux tuyères d’échappement, elle recouvrait une zone ou étaient entreposées quelques caisses de nourritures, de munitions et de pièces de rechanges. C’était aussi le bureau de Mark. Une table sur tréteaux, et un empilement de caisse lui servait de coin personnel et de lieu de réunion avec l’équipage de la machine. Karl avait posé un petit miroir sur le coffre du tank et, le visage recouvert de mousse, tentait de se raser avec un rasoir aussi ancien que sa première campagne. Son uniforme était impeccable et ça malgré la boue dans laquelle il pataugeait. Ils avaient déposé une palette au sol mais la terre était devenue si meuble, après les bombardements et la pluie, que celle-ci c’était enfoncée au point de ne plus servir à rien.

- Honoré Lieutenant Mark Balwerg ?

Mark haussa le menton afin de se décider par où il allait commencer pour entamer sa barbe de quelques jours. Sa tasse de café personnelle fumait en l’attendant et l’odeur l’attirait plus qu’il ne l’aurait pensé.

- Lui-même, qui le demande ? répondit-il en faisant une grimace et en posant la lame de son rasoir sous sa joue droite.

- Le commandement suprême !

***

Il avait enfilé sa veste et, guidé par le sergent Mika Kanova, avait traversé les rues de Nolout jusqu’au bastion principal. Les immeubles de la cité étaient effondrés pour la plus part, ceux qui restaient intact étaient couvert de suie et d’impacts ainsi que de graffitis à la gloire de l’Empereur ou de haine à l’encontre des envahisseurs. D’autres, plus rares, louaient le Tyran ou défiguraient des affiches d’enrôlement de l’Astra Militarum. Ici, comme sur toute la planète, les effets de l’invasion et de la corruption se faisaient sentir. Plus de la moitié de la planète était maintenant aux mains du Tyran. Les dernières poches de résistance étaient tombées avec Esban Bélliante et son Gallant. Les forces hérétiques étaient aux portes de nombreuses forteresses comme Nolout. Sur chaque continent la situation était désespérée, et quelques compagnies commençaient à parler de replis, quand des pelotons entiers ne commençaient pas à déserter. Le travail des Commissaires devenait de plus en plus compliqué. Il faut dire que même les Astartes du Chapitre des Guardians avait faillis à repousser les envahisseurs. Pour Mark la situation était claire. Le Tyran n’entamait pas une simple campagne d’expansion. Il ne s’arrêterait pas à Egueup ou au système Kéhet. C’était une croisade noire comme Cadia en avait connus. Et aujourd’hui l’Imperium en entier savait ce qu’il était advenue de la planète qui protégeait la porte vers Terra.

- Par la barbe de Russ, c’est encore loin ? Ce plaignit Mark en arrangeant sa casquette. Il allait rencontrer le commandement suprême et, même ici, dans les anciennes rues de la cité forteresse, le bitume crevé avait laissé place à la boue. Ses bottes pesaient de plus en plus lourd au fur et à mesure qu’elles se chargeaient de terre humide.

- Non, honoré lieutenant, nous y sommes, expliqua le sergent en tendant un doigt vers une ligne Aegis que des machines étaient en train d’installer autour de la forteresse principale.

Le bâtiment était immense. En face d’eux une tour de plusieurs dizaines de mètres de haut s’élevait autour de la statue d’un space marine en bronze tenant une épée dont la lame reposait entre ses pieds. De chaque côté de la porte principale des guerriers Astartes attendaient, aussi immobiles que la statue de la tour. Leur fusils bolter étaient plaqués contre leur plastron. Mark ne put s’empêcher de lever les yeux vers ces géants en armure grise et robe pourpre. Les lentilles de leurs casques s’éclairaient d’un vert étrange qui, sous les capuches, leur donnait l’ère de spectre meurtrier. Les portes s’ouvrirent, poussés de chaque côté par une demi-douzaine de chérubin voletants.

Ils mirent plusieurs minutes à atteindre l’étage ou le conseil devait se réunir. Juste avant d’atteindre les grandes portes gravées des exploits de bataille de saint Drusus le sergent Kanova le salua avant de tourner les talons. Mark termina les quelques mètres seul avant de s’arrêter au niveau d’un Astartes en armure grise et robe bleue sombre. Le Marines ne portait pas de casque, sous sa capuche de longs cheveux blancs coulaient jusqu’à ses épaules, son visage était carré et son regard, plongé dans l’ombre, restait perçant malgré l’obscurité. Mark dût faire un éffort pour rester en place et ne pas faire demi-tour. Il salua, la main droite tendue vers le haut, comme il était d’usage dans les Régiments d’Alaman. Le géant lui répondit en frappant son plastron de son poing.

- Honoré Lieutenant Mark Balwerg, je suppose ?

- Lui-même, monseigneur. Que puis-je faire pour vous servir ?

- Moi ? Demanda le guerrier en se penchant légèrement en avant comme s’il s’adressait à un enfant. Un sourire tordit légèrement sa bouche et Mark ressentit une certaine vexation à amuser ainsi le space-marine.

- Sauf votre respect, monseigneur, vous m’avez convoqué, me semble-t-il !

- Je suis Baphomet, Maître suprême des Librarians du Chapitre des Guardians of the Covenant, expliqua le soldat en se redressant, mais ce n’est pas moi qui vous ai convoqué.

- Qui, alors ?

- Comme vous le savez sûrement la situation est critique, soixante pour cent de la planète est aux mains de l’ennemi. Les tensions sont extrêmes. Les poches de résistance organisé par le Comte Esban Bélliante nous a permis de gagner un peu de temps afin de rapatrier des renforts.

- Je ne savais pas, reconnus l’honoré Lieutenant en retirant sa casquette pour la placer entre lui et le géant.

- Non, bien sûr, s’amusa de nouveau Baphomet en indiquant les lourdes portes du stratégium de la forteresse. Cette opération était tenue secrète jusque-là. Celui qui vous a convoqué est déjà en train d’organiser une riposte d’ampleur à l’échelle planétaire comme seul un être tel que lui est capable de le faire. Et vous, Honoré Lieutenant, et votre équipage du Fury of Hitérian, avait votre rôle à jouer dans cette affaire. Essayez de ne pas être impressionné par ceux qui sont en présence dans cette salle. Au nom du Kolonel Kristopher Dentrius vous faite officiellement partie de l’état-major suprême, au même titre qu’eux tous.

- Ca ira ! Affirma Mark en posant la main sur le pommeau de son épée de cérémonie.

Il n’avait même pas encore passé les lourdes portes de la salle qu’il sentit qu’il ne pourrait tenir sa promesse. Son orgueil en fût toucher, mais il se pardonnait en sachant très bien que n’importe qui, dans toute la Galaxie, aurait été impressionné à sa place.

Bataille: Stronghold assaut (Cité forteresse de Nolout.)

Chaos 200 Pui
Impérium: 175 Pui

Taux de conquête 40%

Malphas ne peut pas être joué 2/3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 1 : L'ascenscion d'Hektorius - Le choix du Tyran.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Choix rhododendron
» Choix Gasoil ?
» J'ai fait des choix...
» type d'ossature pour choix bardage
» choix de formation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques D'Alaman :: Scriptorium :: Bibliotheca-
Sauter vers: