Les Chroniques D'Alaman

Règles pour une Campagne fleuve à l'échelle d'un secteur.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 4: Le dernier souffle.

Aller en bas 
AuteurMessage
Conteur
Admin


Messages : 175
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Chapitre 4: Le dernier souffle.   Mar 29 Mai - 11:39

Estanie Moon se tenait d'une main à la glissière de sécurité de la Valkyrie. L'aéronef survolait les ruines d'Alombra. Des colonnes de fumée noire s'élevaient en contre bas transportant des odeurs acres de métal, d'essence et de poussière. La carcasse d'un Shadowsword, tank super-lourd du 423éme, reposait éventré dans les ruines d'une usine de traitement des ressources, au milieu du cadavre d'une machine démon, comme si les deux titans étaient morts en donnant naissance l'un à l'autre. Son œil augmentique pouvait discerner les silhouettes minuscules de fantassins ennemies qui grouillaient en contre-bas, cherchant refuge dans les décombres de bâtiments écroulés, ou levant les yeux vers l'escadron de chasseurs qui les survolaient. D'autres silhouettes, plus larges, levaient les yeux vers elle comme s'ils lui lançaient le défi de descendre l'affronter. Quelques tirs de batteries anti-aérien striaient le ciel de leurs balles traçantes, parsemant le ciel d'éclats sombres quand elles percutaient les contres mesures de la flottes qui volaient en haute altitude. Estanie grimaçait involontairement tout en essayant de préserver son équilibre. Sa gabardine claquait violement dans les courants d'air frôlant parfois le canon du bolter lourd que maniait un soldat de l'impérium dont elle avait oublié le nom.

- "Nous seront en vue de Grebsdlopel dans moins d'une minute commissaire." lui indiqua le pilote via le comlink. "Nous nous poseront à la base avancée ou vous pourrez prendre contact avec les officiers en place."

Estanie ne répondit pas. Elle jetait un dernier regard sur les positions des armées du Tyran. D'immenses machines se positionnaient en attente d'un assaut imminent tandis que des myriades de guerriers formaient des lignes noires et s'agitaient tout autour. Une vaste armée s'organisait afin d'entamer les dernières phases de la guerre d'Enniev. Si Grebsdlopel tombait, si la forteresse, comme des centaines d'autres sur la planète, succombait à ces derniers assauts, alors Enniev serait prise et tout Alaman allait trembler, repoussé dans ses derniers retranchements, acculé à l'intérieur de ses frontières les plus intimes sans espoir de retour.

Les Valkyries entamèrent leur descente sous un ciel gris, chargé de nuages menaçants.
Estanie sauta à terre avant même que la machine est terminé de poser ses patins sur la couche de neige qui recouvrait le tablier de la plate forme Skyshield. Elle s'avançait d'un pas déterminé vers son homologue, le commissaire Gauthier Violente. Elle se remémora le dossier de ce dernier sans avoir à faire appelle aux cogitateurs de son implant mémoriel avancé. Il avait servi sur Egueup lors de la bataille de Fort Ekal, témoin vivant, si l'on pouvait encore dire ceci de l'homme qui se tenait devant elle, de l'ascension de la Sainte Hélène. L'homme avait un visage fin, presque juvénile, et pourtant son regard était coupant, dur comme l'acier. Des cheveux blonds coupés courts dessinaient sur sa tempe une large crevasse là ou un tir de bolter avait tenté de le décapité. Une partie de sa mâchoire était d'un métal aussi glacial que son regard et un augmentique remplaçait son oreille droite certainement resté sur le monde prit par les forces de la Croisade d'Agarès.

Il lui tendit la main et serra la poigne d'Estanie avec une force qu'il ne devait pas savoir mesurer.

-"Commissaire," Dit-il d'une voix étrangement douce, "Vous êtes attendue, les renforts sont les bienvenues. Le Commandant Domjanov est impatient de vous présenter votre affectation et de vous briefer sur la bataille à venir en compagnie des autres officiers en présence."

-"Menez moi à eux!" Répondit-elle sans ménagement, encourageant Violente à ne pas perdre plus de temps en palabre d'un geste vers la tente des officiers.

Ils marchèrent d'un pas déterminé vers la vaste tente que gardait une poignée de soldat ainsi que deux Space-Marine armés de boucliers et de masses. Leurs armures rouge sang contrastaient avec la pâleur grise de la neige et brillaient des reflets des braséros qui ceignaient les ouvertures de la tente. Une brise légère soulevait des paquets de neiges et transperçait les vêtements d'un froid glaciale. Les Soldats se mirent au garde à vous quand le couple fût arrivé à leur hauteur. Les Marines, eux, restèrent impassibles, immobile comme des statues géantes, leurs visage masqués par les ombres opaques de leurs capuches rabattus. Seul leurs tabards d'un bleu animal flottait dans les courants de givre qui balayaient la place. Estanie salua les garde du signe de l'Aquila avant d'entrer dans la chaleur douce et la lueur tamisée de la tente de commandement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Conteur
Admin


Messages : 175
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Chapitre 4: Le dernier souffle.   Mer 6 Juin - 10:16

-"Azazel est mort." reprit le commandant Domjanov avec dans la voix, non pas de la tristesse mais une forme de désespoir qu'il essayait de combattre malgré la situation critique dans laquelle se trouvait Enniev.

Le space Marine au casque en forme de crâne sortit de l'ombre. Ses pas lourd résonnaient dans la tente, soulignés par le souffle des servo-moteurs de son armure. Une armure d'un noir de jais, immense, même selon les standards de ses frères. Sa voix devait déjà être grave, mais elle était encore amplifiée par les vox de son casque qui la rendait terrible, effrayante.


-"Il a fait honneur au Chapitre en lui donnant une ligne directrice et en tenant sa ligne durant les premières heures, mais les bombardements préliminaires de l'adversaire lors de la bataille d'Alombra, et son combat contre Magnus lui même ont eue raison de lui. Le chapitre honorera sa mémoire si l'Apothécarion ne parviens pas à sauver son âme pour en faire un puissant Dreadnought."


Le silence régnait dans la tente, seules les plaintes du vent, à l'extérieur, et le crépitement des braséros venaient troubler le malaise qui c'était posé sur l'assemblée. Domjanov ne levait plus les yeux des cartes qui étaient déroulés sur la table de bois autour de laquelle c'était rassemblé le conseil de guerre qui allait tenir la première ligne d'assaut sur Grebsdlopel.
Amber Belliante prit appuis sur l'une des colonnes de soutien. Ses cheveux blonds brillaient à la lueur des braises et une fine estafilade encore rose dessinait une arabesque au dessus de son nez, le long de son front.


-"Le cercle intérieur du Chapitre est déjà rassemblé," indiqua le Chapelain de sa voix forte, coupant les pensées morbide du conseil de guerre. "Trois noms sont discutés au sein du conseil avec l'appuis et la sagesse d'Azrael des Dark Angels et celui de nombreux Guardians of the Covenant qui les connaissent bien. Ainsi Bacarus, Samian et Aman sont les prétendant à la succession de la gestion des Hellraizers."

Guillem Domjanov c'était relevé et avait écouté attentivement sans que ses traits ne se décrispent aux nouvelles. Il devait rendre compte à Friedrich Alainsson directement. La plus part des Kolonels étaient eux aussi abscent préparant deux plans de batailles, l'un en cas de victoire pour la reconquête d'Egueup, l'autre, plus probable, en cas de défaite pour préparer la défense d'un autre monde.

-"Combien de temps?" demanda-t-il sans oser croiser le regard du crâne grimaçant du Chapelain interrogator.

-"Vos doutes quant aux compétences du Chapitre sans maître à sa tête sont injuriant, Capitaine. Ne vous souciez pas de la façon dont nous allons organiser nos troupes, souciez vous de mener les votre à la victoire, pour Enniev et l'Empereur."


Guillem allait répondre mais la tente s'ouvrit sur le commissariat représenté par Violente et Moon, la nouvelle venue. Guillem sentit que la situation pouvait lui échapper s'il insistait sur les compétences des Hellraizers à s'autogérer sans maitre de chapitre à leur tête. Il fit un signe à son aide de camps qui vint dérouler une nouvelle carte devant lui.

-"Vous avez raison, seigneur, nous avons une bataille à remporter et, malgré mes questions, l'aide des Hellraizers est la bienvenue. Maintenant que nous sommes tous rassemblés je voudrais vous présenter notre plan de bataille afin que nous puissions l'améliorer en combinant nos forces…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Conteur
Admin


Messages : 175
Date d'inscription : 22/01/2018

MessageSujet: Re: Chapitre 4: Le dernier souffle.   Mer 4 Juil - 12:23

Quelques heures auparavant au fort principal de Grebsdlopel.

Baphomet observait l'immense machine qui mangeait tout le centre de la pièce ovale. Des câbles sombres ronronnaient en s'enroulant sur les dalles grises, faisant comme des tentacules à la monstruosité mécanique qui prenait tout l'espace. Celle-ci s'élevait jusqu'au plafond, ajoutant aux braseros et encensoirs qui l'entourait ses propres vapeurs odorantes, elle profanait les odeurs de feu et d'ambre de ses propres relents d'ozone, de vapeur et d'huile. A l'intérieur de la cuve le cercueil emplie de liquide amniotique trouble laissait tout juste entrevoir une silhouette massacrée reliée à la cuve par divers câbles qui ondulaient comme animé d'une vie propre, dans les remous du liquide bouillonnant. Plusieurs esclaves mono-tâche s'occupaient de la maintenance sans faire attention au space-Marine qui observait son frère.

- Qu'est ce qui te trouble? Avait demandé une voix s'échappant des recoins les plus sombres de la pièce. Une voix grave rendue inhumaine par les vocalisateurs d'un casque. Baphomet l'avait senti arrivé mais feignit d'être surpris. Malphas et lui ne s'appréciait pas particulièrement et le grand maître des Librarians préférait préserver quelques secrets à l'encontre de son frère Maître Interrogator. Celui-ci n'était pas seul. Quand Baphomet se retourna pour lui faire face il ne vit d'abords que le crâne blanc de la pièce faciale du Chapelain, mais devinait les silhouettes de Molok et Mamonn.

- Rien que tu ne puisse comprendre, mon frère, j'en ai peur. Répondit Baphomet en toisant le regard ténébreux du Maître interrogator. Il finit par se retourner vers la cuve ou flottait Azazel.

- Tu n'a plus dit un mot depuis qu'Azazel est tombé, ton silence inquiète certain frères, je me dois de m'occuper de ce qui trouble ton esprit, Baphomet, c'est mon devoir.

La silhouette dans la cuve c'était agité, un spasme qui était certainement dut à la douleur insoutenable que la machine lui infligeait pour le maintenir en vie et le conditionner à sa futur enveloppe. Le corps d'adamantium d'Azazel attendait non loin, un Dreadnought vénérable immense, majestueux aux sculptures qui ferait honneur aux passé glorieux du frère des Guardians of the covenant, ancien Maître du nouveau Chapitre des Hellraizers. Comme pour donner raison à Malphas, Baphomet ne répondit rien.

- Nous avons fait repentance, affirma Molok en venant se poser prêt du Maître Librarian. Dans son armure Terminator il le dépassait d'une tête, pourtant il avait posé une main fraternel sur l'épaule de son frère. De la compassion? Baphomet en doutait, ou, plutôt, une compassion déplacée. Molok avait expié sa faute dans des rites de châtiments et toute la BloodWing avait suivit son exemple sur son ordre. A la différence du Maître de la 1er Compagnie Baphomet ne se morigénait pas pour son échec. A la "mort" provisoire d'Azazel la légion avait abandonné sa toute récente culture de la douleur. Seuls les scarifications dut à leurs plaies infligés étaient restés comme héritage de ce qu'Azazel avait voulus mettre en place. La douleur de la 1er Légion comme leitmotiv des Hellraizer à trouver la rédemption. Baphomet avait l'impréssion d'avoir trahis son frère, deux fois.

- Nous avons une idée de qui va le remplacer, expliqua Mamonn dont le tact le disputait avec l'imprudence. Un cortège de Dark Angels va nous rejoindre, Azrael à lui même proposé Lucifarian comme successeur.

- C'est aux Cénobytes de décider du successeur, et non à un autre Chapitre, fussent-il le Chapitre fondateur. Baphomet regretta immédiatement d'avoir été aussi tranchant mais n'en montra rien. Il avait croisé les bras sans quitter la cuve des yeux.

- Tu outrepasse tes responsabilité Baphomet, cracha Malphas avec une rage à peine contenue dans la voix. Ton discours frise la dissension. Tu viendra me rejoindre à la Chapelle pour purifier tes pensées et effectuer les rites de reconditionnements!

Baphomet c'était retourné vers Malphas en serrant les poings, le corps visiblement tendu malgré la couverture de son armure énergétique. Mamonn c'était tout de suite interposé en posant son gantelet sur le plastron du Librarian tentant, par ce geste, de calmer le jeu avant qu'il ne dégénère.

- Tu crois que je ne comprends pas ton petit jeu, mon frère? Tu pense que ton masque peut cacher tes intentions à ma vision? Tu n'a jamais apprécié les idées d'Azazel, s'il y a un membre de notre Chapitre qui se réjouie de sa chute c'est toi!

- Je ne me préoccupe que du Chapitre, de la guerre et de notre rédemption, rétorqua Malphas en avançant d'un pas pour répondre aux provocation du Librarian. Rien d'autre n'a d'importance!

- Nous sommes tous affecté par la mort d'Azazel, para Molok en croisant le regard des deux Hellraizers qui se faisaient face. Il nous reviendra une fois que le Mechanicus aura forgé son esprit pour qu'il accepte sa nouvelle condition. La question de savoir s'il peut encore dirigé notre chapitre ne se pose plus, en tant que Cénobytes nous devons uniquement nous préoccuper de savoir qui va pouvoir prendre sa place et nous relever au mieux.

- Et nous n'avons pas touot perdu de cette culture propre à notre Chapitre qu'Azazel à voulu instaurer, contra Mamonn en attirant le regard de Baphomet. Nous gardons nos titres et nos rites, nous gardons notre rage et notre souffrance intact. Pendant que nos frères vont se battre à la bordure de la Cicatrix Malifecarum nous sommes ici. C'est un immense honneur que le Grand Maître suprême nous fait en envoyant Lucifarian jusqu'ici. C'est un façon de nous faire savoir que nous ne sommes pas un Chapitre de remplacement mais que nous sommes officiellement acceptés par la première légion.

Baphomet jaugea son frère en armure noire et bleu nuit et finit, au bout de quelques secondes, par ce détendre. Molok et Mamonn relachèrent leur étreinte et Malphas se détendit à son tour.

- Tu as peut-être raison, mon frère, reconnu Baphomet. Il prit le temps de toiser Malphas encore quelques secondes projetant son esprit pour effleurer les pensés du Chapelain mais n'y trouva qu'un mantra. Malphas se protégeait donc de lui. Baphomet se détourna pour faire de nouveau face à la cuve.

- Refuser que Lucifarian soit notre nouveau maître de chapitre serait une offense aux Dark Angels, nous n'avons pas le choix. De plus nos frères seraient honorés de savoir que le Chapitre fondateur fonde des espoirs sur nous, expliqua Malphas en reculant d'un pas et en levant son masque ricanant vers la cuve ou flottait Azazel.

- C'est une façon de nous surveiller, de nous garder dans le giron, de nous manipuler, rétorqua Baphomet froidement. Nous ne sommes pas stupide au point de penser que c'est seulement une offrande bienveillante, n'est ce pas?

- Ne sommes nous pas tous des Dark Angels, Fils du Lion? Demanda Mamonn avec un sourire.

- Si! Acquieça Molok, suivit par Baphomet lui même.

- Alors comprenons qu'ils agissent comme nous l'aurions fait nous même et non par cruauté gratuite. Nous serions victorieux avec des effectifs au complet nous aurions put prendre ça comme une insulte, mais ce n'est pas le cas, n'est ce pas mon frère?

- Tes paroles sont sage Mamonn, accorda Malphas avec un hochement de tête. Il est regrettable que notre frère clairvoyant soit aussi aveugle à ce don du Lion.

Baphomet ne répondit pas à la pique. Il serrait les dents sans se détourner du corps saccagé de son frère à demi mort.

- Il nous reste une tâche à accomplir maintenant, poursuivis Molock en faisant vrombrir les servo-moteur de son armure tactique Dreadnought. Nous devons faire en sorte que Lucifarian n'est plus rien à nous apprendre à son arrivé et qu'il puisse être honoré de prendre notre tête une fois sur place. Nous devons réengager le conflit et gagner les prochaines batailles.

- Nous devons nous concentrer sur la traque! Il y'a des Déchus ici, si nous arrivons à les capturer alors nous pourrons rejoindre le front avec nos frères.

Baphomet avait fermé les yeux. Ses frères avaient raison, il ne pouvait leur enlever la justesse de leur raisonnement, pourtant il n'était pas serein, et il ne laisserait pas Malphas triturer son esprit pour retirer cette douleur dans son esprit.

+ Je veux que les Cénobytes puissent présenter des successeurs à Azazel qui soient issues de leurs rangs. +

Baphomet avait projeté sa pensée plutôt que de l'affranchir de sa voix.

- C'est une insulte! Cracha Malphas, de nouveau prêt à se jeter sur le Maître Librarian.

- Non! Trancha Mamonn, il a raison, même si ce Luciférian devient notre nouveau Maître de Chapitre nous ne pouvons l'acceuillir comme un sauveur et reconnaître notre incapacité à gérer les Hellraizers.

Baphomet fut satisfait, il n'avait même pas eue besoin de lancer une impulsion dans le cerveau de son frère pour qu'il comprenne son raisonnement.

- Mamonn et Molock pourraient prendre la place laissée vacante par Azazel, appuya Baphomet en se tournant vers Malphas, cela ne serait pas une insulte à nos frères, et cela n'enlèverait pas la légitimité de Luciférian à nous aider dans la construction du Chapitre s'il prenait la place de Maître de BloodWing ou de la NightWing.

- Je refuse cet honneur, esquiva Molock en croisant les bras sur son plastron. Le poste de grand Maitre de Chapitre exige une perfection que je n'ai pas atteins, je ne peux pas prendre cette place, je n'en suis pas encore digne.

- L'humilité ne doit pas être un frein au devoir! Affirma Malphas avec un ton glacial. Pour autant nul n'est plus digne que celui qui à été désigné par Azrael, Grand Maître des Dark Angels. Nous sommes peut-être les Hellraizers, mais nous sommes avant tout les fils du Lion, la 1er Légion!

+ Tu te trompe, Malphas, malgré l'estime que je porte aux frères du Roc ils sont loin, de l'autre côté de l'Imperium, et nul n'est plus à même de décider de notre sort que nous même +, répondit Baphomet sans prononcer un mot.

-Méfie toi que tes doutes ne te mène pas à la sédition, tu parle de plus en plus comme le firent les suivant de Luther, compte sur moi pour te garder à l'œil et t'obliger à faire pénitence!

Mamonn coupa court quand Baphomet voulu répondre au Chapelain, il frappa l'épaulière de Baphomet sans violence, mais uniquement pour marquer le coup.

- Les Cénobytes décideront, aucun de vous deux n'a tord sur le fond, mais nous ne pouvons nous diviser maintenant. La guerre est à nos portes, les déchus nous narguent. Je compte rejoindre le front le plus tôt possible et Luciférian n'est pas encore là, alors en attendant concentrons nous sur l'essentiel, préserver Enniev et reprendre les territoires perdu, Somala doit-être notre seul objectif jusqu'à l'arrivé de notre frère Dark Angel.

Baphomet toisa Malphas avant de quitter la salle en acquiesçant. Le Chapelain, maître interrogator avait levé le regard vers Azazel.

- Il a échoué! Nous deront en payer les conséquences, ceci est un fait, ni plus ni moins.

- Nous avons tous échoués, enfonça Molock en serrant les poings. Et la rédemption nous toise aux murs de Grebsdlopel.

Ensemble il laissèrent Mamonn devant la cuve. Il attendit patiemment qu'un Technoprêtre vienne le rejoindre et l'informe du temps qu'il resterait avant qu'Azazel puisse rejoindre le combat. Plusieurs semaines, peut-être un mois ou plus.

- Bien, faites au plus vite car aurons besoin de notre frère au plus tôt.

Tu va pouvoir ressentir ta souffrance bien aimé au plus profond de ton être, mon frère, pensa-t-il sans méchanceté. Puis-ce tu être plus terrible encore que de ton vivant et nous garder de la destruction. Mamonn tourna ses pensées vers ce Luciférian qui arrivait avec ses troupes pour renforcer le Chapitre. Puis-ce tu nous préserver de la honte aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaman.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 4: Le dernier souffle.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 4: Le dernier souffle.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dernier jour de gel
» Le jardin d'Astrée en juin dernier
» Dernier départ de la Jeanne d'Arc
» Un dernier jardin .....
» Mon premier petit dernier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques D'Alaman :: Scriptorium :: Bibliotheca-
Sauter vers: